« Nantes lit dans la rue » : Les émotions à travers les Albums Jeunesse, 14 et 15 décembre 2018

Adobe Photoshop PDF

 

Cet « Ateliers de formation » était organisé par « Nantes lit dans la rue » les 14 et 15 décembre 2018, dans le cadre des 50 ans des Bibliothèques de rue.

 

L’intervenante était  Anne-Sophie ZUBER de l’ARPLE ( Association de Recherche et de Pratique sur le Livre pour Enfants)

 

 

 

Pendant 1 journée et demie , Anne Sophie nous a nourri de son impressionnante connaissance des albums avec un dynamisme « hors norme ». Elle est intarissable et fait preuve de beaucoup d’organisation dans la construction du savoir qu’elle souhaite partager avec son expérience de lectrice professionnelle.

Elle analyse et décortique la construction de chaque album présenté :

–  l’image : Sa place, l’organisation de l’image sur une double page, l’alternance des couleurs de fond, le mouvement des personnages, comment l’image peut compléter le texte sans redite, les différents plans de l’image, l’organisation des couleurs utilisées selon les pages avec toujours des exemples à l’appui.

 

51mffqlsbvl._sx497_bo1,204,203,200_

 

 

 
«  Loup » de DOUZOU , Illustration adaptée pour le tout-petit : une seule scène sur une double page.

 

–  le rôle du texte :

41twp0mjajl._sx375_bo1,204,203,200_

 

 

 

ce qu’il dit ou ne dit pas de l’histoire exemple de « Flonflon et Musette » d’ELZBIETA, son rythme à respecter dans la lecture, l’importance de lire le titre…

 

 

Elle a habilement enchainé les exemples en évoquant les situations et les comportements des enfants qui l’ont marquée:

Certains albums sont très adaptés aux petits « agités » : « La chasse à l’ours »,  « Max et les maxi monstres »… ou aident à différer les pulsions « L’ami du petit tyranausore » d’Anaïs VAUGELADE , d’autres évoquent la différence et invite la tolérance, à l’écoute« Homme de couleurs » de RUMILIER

Elle lisait toujours les albums car pour elle rien ne vaut la lecture à voix haute pour présenter un album, il est inutile de le paraphraser…

– Les albums qui traitent de très fortes émotions comme « Chien bleu » Charlotte est une solitaire très attachante…
« Je suis triste » de Michael IAN BIACK, « Je m’ennuie », « Avec toi maman » Antoinette Portis « Maman colère » chez Autrement. Le lecteur peut donner à l’enfant des mots pour ses maux, Anne-Sophie nous relate la réflexion d’un enfant « maintenant que je peux dire que ça ne va pas, ça va mieux ».

Se préparer à la lecture : De nombreux albums abordent la mort avec des degrés différents « Une chanson pour l’oiseau «  de Margaret Wise Brown, « Sylvestre et le caillou magique » de Steig.  Pour pouvoir lire à haute voix un album qui donne beaucoup d’émotions (par exemple ceux qui abordent la mort), il est très important de se l’approprier en le lisant à voix haute pour soi, puis à quelqu’un en qui on a confiance avant de le lire à un groupe.

Lire à un petit groupe peut permettre à un enfant qui se sentirait « concerné » de partager le « sujet qui le concerne avec ses émotions »

Face aux questions mieux vaut renvoyer sa réponse à l’enfant « Et toi tu penses quoi ? »
Donner à l’enfant la possibilité de faire du lien : il arrive qu’un livre très moyen « comble » un enfant, pour des raisons qui lui sont personnelles, et permette d’introduire d’autres albums.

–  Échanger en comité de lectures et prendre des notes pour mémoriser ses situations…

Ses analyses d’albums qu’elle nous lit nous captivent… Le temps passe trop vite… Nous aurions bien passé le week-end avec elle…

Marie France et Rachel