Lecture aux bébés de la MADELEINE de GUÉRANDE lundi 4 mars 2019 ( 1er lundi de chaque mois )

Lectures aux bébés accompagnés de leurs parents, grands parents ou assistants maternels

Nous proposons un moment privilégié entre les enfants, les adultes qui les accompagnent et les livres.

Pour notre grand plaisir, nous vous retrouvons les lundis

4 mars, 1er avril, 6 mai, 3 juin et 1er juillet
entre 9 h 30 et  11 h dans les locaux de l’accueil péri scolaire de la Madeleine de Guérande, rue des Métais.
N’hésitez pas à venir nous rejoindre et de rester selon votre disponibilité…
Cette rencontre est gratuite.

Lecture aux bébés de la MADELEINE de GUÉRANDE lundi 4 février 2019 ( le 1er lundi de chaque mois )

01 la madeleine 2 oct

Lectures aux bébés accompagnés de leurs parents, grands parents ou assistants maternels

Nous proposons un moment privilégié entre les enfants, les adultes qui les accompagnent et les livres.

Pour notre grand plaisir, nous vous retrouvons les lundis 7 janvier, 4 février, 4 mars, 1er avril, 6 mai, 3 juin et 1er juillet
entre 9 h 30 et  11 h dans les locaux de l’accueil péri scolaire de la Madeleine de Guérande, rue des Métais.
N’hésitez pas à venir nous rejoindre et de rester selon votre disponibilité…
Cette rencontre est gratuite.

Mardi 15 janvier 2019 : Assemblée Générale

L’Association Mille-feuilles et Petit Lu se retrouvera en assemblée générale, le mardi 15 janvier 2019 à 18 heures, salle N°2 de Kerbiniou 29, avenue Auguste-Flaubert, à Guérande

L’équipe des Millefeuilleuses  invite les personnes intéressées par la lecture aux jeunes enfants d’assister à cette rencontre où les bilans de l’année passée et les projets pour 2019 seront présentés. Cette rencontre se terminera par le partage de la galette des rois!

L’Assemblée générale est l’occasion de faire connaissance avec notre association.

Nous recherchons des bénévoles disponibles, en semaine, pour partager des lectures à voix haute avec de très jeunes enfants en présence de leurs parents, grands-parents ou assistants maternels….

L’association est toujours soucieuse de l’accueil de ses nouveaux bénévoles et elle les accompagne avant de leur confier des secteurs d’intervention (Salle d’attente des consultation de PMI, Relais Assistants Maternels, Maison des Assistantes Maternelles, Marché de Guérande, Multi-accueil, Resto du Cœur, aux beaux jours à la Coulée verte….)

Marché de Noël à Guérande 16 décembre 2018

Petit mot sur notre participation au marche de Noël :20181216_111639

 

 

Un beau moment partagé avec les enfants, leurs parents et grands-parents ».

 

 

J’ai adoré observer cette petite fille dans les bras de sa maman lorsqu’Evelyne et son mari chantaient : sa bouche entrouverte et son regard étaient figés, ses yeux auraient voulu s’ouvrir plus grand pour ne rien louper du spectacle… et lorsque sa maman s’est aperçue de mon observation en catimini, nous avons échangé un sourire de bonheur partagé… la magie de Noël!

pere-noel-couv

 

 

J’ai découvert de nouveaux albums et je remercie Jeannick de nous avoir lu “Mille milliards de pères Noël” de Marika MAIJALA et Hiroka MOTAI... car j’ai enfin des arguments pour prouver à mes grands enfants que le Père Noël existe vraiment ….

 

 

Deux adultes étaient en quête d’histoires, je leur ai lu cet album car il a une vraie résonance chez les grands enfants que nous sommes… la dame a été bien attentive… le monsieur est parti quelques instants pour revenir avant la fin de l’album… peut-être était-il chamboulé par le fait d’apprendre que le Père Noël existe vraiment et qu’il guide nos achats pour les enfants?

20181216_123519

 

 

MERCI à Éveline et Bruno de nous avoir permis de chanter avec eux les chants de Noël… C’était magique !!

 

On se serait cru dans les films de Noël en Amérique quand les chorales viennent offrir leurs chansons devant chaque porte…

Et puis.. n’oublions pas de dire que le vin chaud était délicieux! N’est-ce pas Rachel?

 

 

« Nantes lit dans la rue » : Les émotions à travers les Albums Jeunesse, 14 et 15 décembre 2018

Adobe Photoshop PDF

 

Cet « Ateliers de formation » était organisé par « Nantes lit dans la rue » les 14 et 15 décembre 2018, dans le cadre des 50 ans des Bibliothèques de rue.

 

L’intervenante était  Anne-Sophie ZUBER de l’ARPLE ( Association de Recherche et de Pratique sur le Livre pour Enfants)

 

 

 

Pendant 1 journée et demie , Anne Sophie nous a nourri de son impressionnante connaissance des albums avec un dynamisme « hors norme ». Elle est intarissable et fait preuve de beaucoup d’organisation dans la construction du savoir qu’elle souhaite partager avec son expérience de lectrice professionnelle.

Elle analyse et décortique la construction de chaque album présenté :

–  l’image : Sa place, l’organisation de l’image sur une double page, l’alternance des couleurs de fond, le mouvement des personnages, comment l’image peut compléter le texte sans redite, les différents plans de l’image, l’organisation des couleurs utilisées selon les pages avec toujours des exemples à l’appui.

 

51mffqlsbvl._sx497_bo1,204,203,200_

 

 

 
«  Loup » de DOUZOU , Illustration adaptée pour le tout-petit : une seule scène sur une double page.

 

–  le rôle du texte :

41twp0mjajl._sx375_bo1,204,203,200_

 

 

 

ce qu’il dit ou ne dit pas de l’histoire exemple de « Flonflon et Musette » d’ELZBIETA, son rythme à respecter dans la lecture, l’importance de lire le titre…

 

 

Elle a habilement enchainé les exemples en évoquant les situations et les comportements des enfants qui l’ont marquée:

Certains albums sont très adaptés aux petits « agités » : « La chasse à l’ours »,  « Max et les maxi monstres »… ou aident à différer les pulsions « L’ami du petit tyranausore » d’Anaïs VAUGELADE , d’autres évoquent la différence et invite la tolérance, à l’écoute« Homme de couleurs » de RUMILIER

Elle lisait toujours les albums car pour elle rien ne vaut la lecture à voix haute pour présenter un album, il est inutile de le paraphraser…

– Les albums qui traitent de très fortes émotions comme « Chien bleu » Charlotte est une solitaire très attachante…
« Je suis triste » de Michael IAN BIACK, « Je m’ennuie », « Avec toi maman » Antoinette Portis « Maman colère » chez Autrement. Le lecteur peut donner à l’enfant des mots pour ses maux, Anne-Sophie nous relate la réflexion d’un enfant « maintenant que je peux dire que ça ne va pas, ça va mieux ».

Se préparer à la lecture : De nombreux albums abordent la mort avec des degrés différents « Une chanson pour l’oiseau «  de Margaret Wise Brown, « Sylvestre et le caillou magique » de Steig.  Pour pouvoir lire à haute voix un album qui donne beaucoup d’émotions (par exemple ceux qui abordent la mort), il est très important de se l’approprier en le lisant à voix haute pour soi, puis à quelqu’un en qui on a confiance avant de le lire à un groupe.

Lire à un petit groupe peut permettre à un enfant qui se sentirait « concerné » de partager le « sujet qui le concerne avec ses émotions »

Face aux questions mieux vaut renvoyer sa réponse à l’enfant « Et toi tu penses quoi ? »
Donner à l’enfant la possibilité de faire du lien : il arrive qu’un livre très moyen « comble » un enfant, pour des raisons qui lui sont personnelles, et permette d’introduire d’autres albums.

–  Échanger en comité de lectures et prendre des notes pour mémoriser ses situations…

Ses analyses d’albums qu’elle nous lit nous captivent… Le temps passe trop vite… Nous aurions bien passé le week-end avec elle…

Marie France et Rachel

Salon du livre de Montreuil 3 décembre 2018

Lundi 3 décembre,  Je me suis rendue au salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil avec Betty.

affiche_montreuil

Le thème était « nos futurs »

« Quand j’annonce le thème « Nos futurs », il y a toujours un petit temps d’hésitation dans les yeux de mon interlocuteur, mais il s’agit bien de mettre un « s » à « Nos Futurs ». C’est la marque d’une pluralité que nous revendiquons, pluralité d’artistes et de regards sur nos futurs, pluralité des genres, pluralité des grands sujets qui interrogent nos futurs, ceux de nos enfants et ceux de notre planète », souligne Sylvie Vassallo. (Directrice du Salon)

Beaucoup d’exposants (grandes et petites maison d’édition) mais aussi des expositions, des conférences ouvertes aux professionnels et public divers, des animations pour les enfants.

Un espace sur 3 niveaux.

Comme dans tous les salons du livre sont présents auteurs, illustrateurs mais aussi directeurs de petites maisons d’édition (Hongfei, Minedition….)

En allant un lundi nous avons eu moins d’enfants et nous avons pu assister à 2 conférences.

La première nous a permis de découvrir Květa Pacovská,
plasticienne tchèque de 90 ans. Elle a présenté son parcours, son travail.

Un dynamisme impressionnant !!!!!

l'invitation

 

Elle invite, dans cet album, ses personnages à prendre le thé : le rhinocéros, l’escargot, la lune, l’oiseau-clown et bien d’autres.

Une histoire en forme de comptine, avec une petite pointe d’absurde, et ses couleurs – le rouge toujours -, une invitation à nous retrouver dans un monde empli de poésie et de gaieté, un monde ouvert sur le rêve et l’imaginaire.

 

La seconde conférence Lire avec un tout petit : hier, aujourd’hui, demain… Histoire récente et possibles horizons du partage d’albums avec des tout-petits

photo-02.jpg


Avec Corinne Dreyfuss, auteure et illustratrice,
Sylviane Giampino, psychologue et psychanalyste, Présidente du Conseil de l’enfance et de l’adolescence, Présidente du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA), Christine Rosso, vice-présidente de Agence quand les livres relient.

Modération : Isabelle Sagnet, directrice de Lis avec moi – La Sauvegarde du Nord, administratrice de l’Agence quand les livres relient.

photo-01.jpg

 

Nous passons certainement à côté de pépites vu le nombre d’exposants mais nous découvrons toujours des nouveautés, des publications des autres années.

Pour ma part je ne m’arrête pas à la date de publication mais au texte et à l’ image.

Christine

L’Agence quand les livres relient : « Lire des albums avec les tout-petits et avec des adultes aussi » 29 novembre 2018

logo-qllr-big

30nov2018

 

 

 

 

Devant l’écran, l’association « Grands yeux et grandes oreilles » avait recréé un cadre de lecture onirique.

 

Le matin :

  • Ouverture par des membres du ministère de la Culture et Christine ROSSO
  • Intermède avec la Sauvegarde du Nord
  • Jeux et enjeux du livre avec les tout-petits par Olivier DOUZOU
  • Joyeux anniversaires avec les associations qui fêtent leurs 10 ans, 15 ans, 20 ans et 30 ans d’existence.

L’ouverture est faite par une chargée de mission du Ministère de la Culture et un chef du bureau du même ministère. Les livres peuvent être des moments de fêtes et d’éblouissement pour les enfants. Nous défendons tous que les bébés aient accès aux mots et aux images dans ces moments de lecture partagée. René CHAR insiste sur la « transmission », l’échange de l’expérience artistique et littéraire. Madame LESOUS nous donne quelques chiffres. Un premier protocole a été signé en 1989 et le dernier remonte à 2017. Il y a en France 200000 associations culturelles. Le ministère travaille à une nouvelle feuille de route sur le partenariat entre l’État et les associations. Des groupes de travail font des préconisations. Madame PERRON, députée, est en charge des nouveaux textes sur la PMI (Protection Maternelle et Infantile). Il y a une attention toute particulière à l’égard des publics éloignés des bibliothèques.

« Ceux qui ont une forte résonance en nous. »
« Ceux qui réunissent un fond commun, qui nous procurent une certaine intranquillité, qui créent une rupture ».
« Ceux dont on ne se lasse pas de les lire et de les relire ».
Par exemple, « Sur les genoux de maman », « Jamais contents », « Canard », « Jo Jo la vache »,…

Entretien avec Olivier DOUZOU et Katy FEINSTEIN, bibliothécaire

Le livre permet à l’enfant de se construire et de communiquer avec sa famille.

O. DOUZOU est auteur, scénariste, illustrateur, éditeur et directeur du rayon Jeunesse chez Rouergue. Sa formation initiale était architecte.

« Jo jo la vache » a 25 ans (1993) : la vache se décompose. Il est question entre autres de la séparation et du deuil. Il y a une connivence entre l’auteur et les enfants.

« Toujours rien » (1997) est un livre qui parle à tous. On y parle d’attente, de patience. Il y a une troisième narration et une surprise à la fin. C’est un livre à double lecture.

« Boucle d’or ». Ce livre existe parce qu’on dessine en même temps que j’imagine le texte. Le livre s’ouvre à l’espace des bras de l’enfant.

« Fourmi » existe aussi sur tablette numérique. Tout livre d’enfant est sécurisant parce qu’il y a un début et une fin.

« Pipeau » : jeux, surprises, travail sur les mots. L’auteur parle des constructions et des combinaisons.

Dans « Le canard « , l’auteur s’inspire de ses jouets d’enfant. Le rapport à l’échelle est important.

« Tu vas voir » a été demandé par le département de l’Ardèche. C’est un livre sur le futur qui parle des possibles. Il a été fait en coopération avec Frédérique BERTRAND ;

Le val de Marne a demandé « Rouge ». Un caillou cherche sa place dans un monde qu’il ne connait pas. Cela parle de l’appartenance au groupe, à la société.

Il a écrit également avec Vincent GODEAU « Avec quelques briques» et avec J. FISCHER « Animaux »

Lors des anniversaires, les associations fêtées nous ont présenté rapidement leur travail. J’ai retenu l’association « Grands yeux et grandes oreilles » représentées par deux art thérapeutes. Elles font le lien entre le livre et les arts plastiques/ « Les livres passerelles » accueillent des auteurs ou illustrateurs pendant quatre mois. Des associations sont intervenues dans une école maternelle et en prison. D’autres s’appuient sur des œuvres de peinture. A Compiègne, l’association « Combien je t’aime » intervient en maternité et en néonat. Elles ont créé un livre « Bienvenu au monde ». D’autres s’appuient sur le chant.

L’après-midi : « L’attention, la prise de notes et les observations dans le dispositif de lecture individualisée au sein du groupe » avec Coline JOUFLINEAU, doctorante en Esthétique, Arts et sciences de l’Art et formatrice, Corinne Nascimento, éducatrice de Jeunes enfants, lectrice et formatrice et Sylvie Jouflineau, fondatrice, lectrice et formatrice.

Coline JOUFLINEAU a comparé le trio « album-adulte-bébé » à la danse. C’est une chorégraphie régulière et prévisible, un fond qui est le même. Il y a des similitudes dans notre manière de lire et d’être auprès de l’enfant. Dans une danse de couple, les rôles sont codifiés. Dans la lecture, le rôle de l’adulte se rapproche de celui de la femme dans la danse. Elle s’accorde au danseur qui donne l’impulsion. Et l’enfant est dans le rôle de l’homme. C’est lui qui prend l’initiative. Il ne faut pas devancer pour s’accorder au rythme de l’enfant. L’enfant choisit la distance vis à vis de l’adulte. L’adulte ne vérifie pas les connaissances de l’enfant. Il ne cherche pas à savoir s’il a compris. Le lecteur comme le danseur inclut les autres dans l’environnement. Le lecteur se donne à voir dans cette activité de soutenir l’enfant par le regard. On met en avant tranquillement le texte. L’intérêt est que chacun puisse s’en emparer. C’est un moyen de rester à l’écoute, de faire de la place à son imagination. On est dans un processus de faire ensemble. L’expérience artistique, c’est de pouvoir s’attarder sur une page, de savoir s’étonner, de se laisser toucher. Ceci permet l’improvisation. Improviser, c’est faire en temps réel, s’arrêter à tout moment sans en prendre ombrage. Cela respecte l’enfant. Il faut inhiber nos tendances à réagir, à interpréter. Nous observons comment l’enfant rentre dans les albums, à son rythme.

L’attention

C’est une fonction cognitive (concentration) et sociale (plus éthique). Cela relève de la psychologie et de la philosophie. L’attention sous-tend la perception. C’est un processus dynamique. Paul Ricœur parle du « paradoxe de l’attention ». Il dit : « quand je fais attention, mon paysage change d’aspect, sans changer de sens ». Autrement dit, « c’est ce paradoxe qui constitue l’attention — l’attention fait apparaître quelque chose qui en un autre sens était là ». L’attention est une action qui accentue, choisit,… Elle est pluri-sensorielle. Le mouvement fixe souvent l’enfant dans son attention alors qu’être statique peut l’empêcher de porter attention. L’attention reste ouverte et flottante (à soi, à l’enfant et aux autres). L’attention conjointe n’est pas développée par manque de temps.

L’observation

Le premier carnet d’ACCES était consacré à l’observation. Annette WATILLON et Myriam RASSE ont également écrit sur ce sujet. Dans l’observation, le sujet est déterminé. Il y a un cadre. Dans l’observation-projet, l’objectif est de répondre aux questions posées par l’équipe. On se focalise sur quelque chose de précis. Dans les lectures, on ne sait pas ce qu’on veut observer. Il n’y a pas d’objet prédéterminé. L’observateur est partie prenante de la situation.

La prise de notes peut réduire la disponibilité à l’enfant. Néanmoins, elle est indispensable le plus vite possible après la séance de lecture. Elle consiste à noter les prénoms et les albums lus. Décrire les situations avec des formulations positives. Les notes sont retravaillées pour être partagées. Les intérêts sont individuels, relationnels, professionnels et scientifiques. Un regard croisé débouche sur une réflexion collective. Cela permet de faire émerger des hypothèses. L’observatoire existe depuis 18 ans. C’est un lieu de rencontres et d’échanges. Après la lecture des observations, on dégage ce qui se joue pour l’enfant. La psychologue relie les observations à des théories générales. JL NANCY dit « Regarder, c’est garder deux fois ».

Intervention de Myriam RASSE

Dans l’individualisation de la lecture, l’adulte se met en retrait ce qui va à l’encontre de certaines pratiques éducatives. Si l’enfant est respecté, il s’ouvrira aux autres. Le cadre contenant, très défini lui permet d’être acteur. La lecture proposée est un « soin développemental ». Il y a un aller-retour entre la théorie et la pratique. Le processus du récit aide la prise de notes mais il faut un entrainement. La DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) a soutenu l’observatoire du Nord. Ce travail sur l’observation peut entrainer un changement de pratique. Il se passe toujours quelque chose. Nous changeons notre regard. On ne vient pas que pour lire.

Le 19/01/2019, il y aura la troisième édition de « la nuit de la lecture », l’équivalent de « partir en livre » durant l’hiver.

Salon du livre jeunesse du pays de Lorient 25 novembre 2018

slj2018_affiche_40x60_light

 

 

Dimanche 25 novembre, Jacqueline et Christine se sont rendues au salon du livre jeunesse du pays de Lorient.

 

 

Ce salon a lieu tous les ans fin novembre et est organisé par la ligue de l’enseignement du Morbihan.

 

 

Cette année, le thème était « Pourquoi ?»

Ce salon est ouvert à tous et particulièrement aux enfants qui découvrent non seulement des livres mais des expositions, des activités.

lorienr-02.jpg

 

lorient 01

 

 

 

 

 

 

 

Les différentes structures accueillant des enfants (école, centre de loisirs…..) participent en exposant leurs œuvres faites à partir d’albums (sur le thème).

L’association « Lire et faire lire » est présente et propose des lectures.

Un espace est occupé par les maisons d’édition les illustrateurs et auteurs en dédicace.

Des fauteuils et autres assises sont là pour nous permettre de découvrir les albums à disposition.

Des spectacles, des conférences sont ouvertes à tous :
Le plus difficile est de choisir : quelle animation ? quelle conférence ? quel atelier ?

Tout le programme est  intéressant !!

L’animation qui a retenu notre attention a été celle proposée par Bind’lire

« Papa, maman, dites pourquoi ? Une découverte d’albums pour petits et grands.

Comment les albums peuvent aider les enfants et les parents à partager leurs émotions et comprendre leurs interrogations ?…. »

Cela nous raccrochait au thème de notre prochaine journée de formation…. Nous avons assisté au premier atelier. Peu de monde : 5 enfants et 7 adultes

L’objectif des 2 animatrices étaient de montrer des albums très différents des uns des autres qui abordent la même thématique.
Pour cette journée, elles avaient choisi le thème de la famille.

Elles ont lu des extraits d’album pour nous montrer la diversité des familles, qu’un même sujet pouvait être décliné de mille et une façons, en fonction des auteurs et des illustrateurs.

Voici quelques titres connus et moins connus parmi les nombreux livres qu’elles avaient choisis :

L’école des parents Claude Ponti,
L’arbre sans fin Claude Ponti
Madame le lapin blanc Gilles Bachelet
Le papa qui avait 10 enfants Bénédicte Guettier
les mains de papa Emile Jadoul
Est-ce que tu m’aimeras encore ? Catherine Tharlet et Eve Tharlet
Moi, Ming Clotilde Bernos

moi ming

 

Vaut-il mieux être
reine d’Angleterre, général en chef,
empereur du monde
ou bien Ming,
sur les bords du lac Koukonor ?

 

Tango a deux papas Béatrice Boutignon 

tongo a deux papas

 

 

 

 

Le seul regret que nous avons eu, à cette lecture de morceaux choisis, est que nous aurions aimé entendre la lecture complète des albums surtout quand nous ne les connaissions pas .

 

 

Des grands Albums pour les tout-petits : Belle soirée à la librairie L’Esprit large

Vendredi 23 novembre, à la librairie l’esprit large, Nadine (la libraire), les millefeuilleuses et Roselyne (responsable du secteur jeunesse de la médiathèque de Guérande) ont organisé une rencontre autour du format des livres pour les tout-petits.

Les personnes présentes ont pu découvrir des grands albums : les écouter, les lire, les feuilleter, en parler.

Le plus souvent, nous choisissons un petit livre pour un bébé. Il est vrai que le petit format convient bien aux plus petits : Il est facile pour eux de le prendre, de le manipuler, de le lire sans qu’il soit trop lourd ou encombrant.

Mais si nous osions les grands albums?

En particulier, la collection  des livres de Thierry DEDIEU, « bon pour les bébés »

le grand cerf

Cet auteur utilise des textes très différents :
Des comptines ( Une souris verte / Dans sa maison, un grand cerf…), du théâtre (La Tirade du nez ), des vire-langues (Tas de riz, tas de rat / /Pinicho, oinichba), des maths (La table de deux …) de la vie quotidienne ( Bon appétit, La Météo marine ….)

Mais à chaque fois la musicalité du texte est comme une formule magique, comme une poésie…  Les petits sont attirés par la taille des illustrations, par le contraste visuel du blanc et du noir.

Si les enfants ont plaisir à « rentrer » dans le livre , c’est aussi un moment de lecture partagé avec l’adulte.

Suite à cette présentation, nous avons pu  toutes ensemble  partager nos expériences de lectures et  nos réflexions sur le livre (texte et image).

De nombreux échanges enrichissants, illustrés par la  lecture de grands albums ont fait de cette soirée un moment agréable et convivial.

Emportées par notre enthousiasme , nous avons oublié de prendre quelques photos de la soirée. Nous regrettons de ne pas pouvoir partager avec vous ces instants.

Vous trouverez ci-joint la liste des albums sélectionnés lors de cette soirée.

thumbnail

image001